samedi, septembre 28, 2013

Soyez responsables de vos réseaux

Hier, un de mes collègues m'a fait savoir qu'il n'arrivait pas à envoyer de courriel à une personne. Je lui ai naturellement de demandé de m'envoyer le message d'erreur. C'était le suivant :
  xxx AT local Dot domain : host local.domain[adresse.ip] said: 550 5.7.1 (SPAM)
    Email rejected due to sending server misconfiguration - see
    http://dnsbl-3.uceprotect.net  (in reply to MAIL FROM command) 

D'après ce qui précède, le serveur de messagerie distant rejette mes courriels parce qu'il détecterait un spam .  Etant donné que nous envoyons régulièrement beaucoup de messages sans soucis, j'étais d'abord étonné mais j'ai pris la précaution de vérifier si subitement nous sommes à l'origine de courriels indésirables.

Je suis donc allé sur www.uceprotect.net  pour vérifier ce qu'il en est de 195.24.916.114 (le serveur smtp du bureau) . Mais notez au passage qu'il existe plusieurs outils de ce genre; certains moins fiables que d'autres. Vous pouvez vérifier la sortie ici. Il y a 3 niveaux de tests effectués.
  • le premier sur l'adresse ip
  • le second sur le réseau auquel appartient l'ip
  • le troisième, sur le système autonome (AS) dont dépend l'ip.
 J'étais rassuré de constater que mon ip n'était pas mise en cause, mais que le problème provient du réseau dont je dépends . Le serveur de messagerie distant a rejeté mes messages parce qu'il y a eu un nombre élevé de spams depuis les 7 derniers jours sur l'AS 15964. Et dans cet AS se trouvent un bon nombre d'entités qui sont censées montrer l'exemple (nocomment).

 Une capture réalisée ce 28 Septembre 2013.


J'ai donc notifié le service technique de CAMTEL et j'espère qu'une solution sera trouvée.

Mais ces résultats permettent de constater que sur les 100 derniers jours environ 336 IP sur  38.144 IP dans cet AS sont à l'origine de courriers indésirables soit 0,8% seulement. Ca peut être «rassurant» mais ça dépend d'où on se place ;)

Je me suis amusé à tester une IP chez ORANGE et RINGO et j'ai constaté pratiquement le même type de problème .  Bien sur les échantillons ne sont pas assez représentatifs et il existe d'autres outils je le répète.

Ce qu'il faut retenir est que tout ceux qui ont en charge des réseaux doivent prendre des précautions sur l'utilisation des ressources. Le problème n'est pas seulement au niveau d'un FAI en particulier mais il concerne tout ceux qui utilisent l'internet.

Au delà des discours et des promesses dont nous avons le secret au Cameroun, la gestion d'un réseau se traite au quotidien et ça se voit très vite à l'échelle de l'internet si vous ne vous en occupez pas convenablement.

dimanche, août 05, 2012

A qui appartient "mes" données ?

Des discussions sur «la vie privée sur internet» ayant eu lieu par ci et par là m'ont amené à rappeler ou peut être informer certains d'entre nous. Vous allez penser que la réponse à ma question est évidente et que vos données vous appartiennent effectivement ou bien que vous soyez les seuls à les avoir. Et bien, prenons la peine d'y prêter un peu plus d'attention...

Nous considérons ici comme données tout ce que nous pouvons générer comme information sur l'internet: message électronique, photos, articles,....

On va prendre différents niveaux.

La meilleure façon de demeurer maitre de ses données est de posséder toute l'infrastructure matérielle et logicielle visant à produire,conserver ces informations. En prenant l'exemple de la messagerie électronique cela signifie qu'il faut disposer de son propre serveur physique et d'une série de logiciels (libres) pour réceptionner, stocker, envoyer des courriels. Inutile de vous dire que ce n'est pas à la portée de tous...

Si vous n'avez pas les ressources nécessaires pour vous fournir tout ce que je cite plus haut, alors sachez que vos données ne vous appartiennent pas vraiment. Il y aura toujours quelque chose qui ne sera pas sous votre contrôle. Dès lors la seule alternative sûre à mon avis est de payer un prestataire qui mettra à votre disposition un service précis. Dans le contrat en général, il s'engagera à vous maintenir opérationnel le service et sans jamais toucher à vos données. En d'autres termes il assurera le fonctionnement du conteneur mais sans regarder son contenu; que ce soit directement ou indirectement.

Le niveau zéro de vie privée (ou qui tend vers zéro) est celui où vous souscrivez à des formules qui vous dispensent de verser le moindre sous. Vous ne pourrez vous fier qu'aux conditions générales qui sont indiquées en bas de page et qui évoluent au fil des ans (parfois des mois).

En somme, à chacun de choisir en son âme et conscience ce qu'il veut faire de ses informations. Informez vous au moins; ça sera déjà une bonne chose..

Quelques articles de framablog que je vous recommande:

dimanche, avril 29, 2012

La disponibilité du serveur web du MINFOPRA

Le ministère de la fonction publique et de la réforme administrative (MINFOPRA) du Cameroun dispose d'un site internet à l'adresse suivante : www.minfopra.gov.cm .
Depuis quelques années (enfin) nos ministères se dotent de sites internet; ce qui est une bonne chose pour tout le monde. Mais il y a encore des choses à améliorer.
Concernant le MINFOPRA, le problème récurrent que leur site internet a est celui de la disponibilité de leur espace.
Il est fréquent qu'après la mise en ligne de certains textes officiels (les versions scannées) sur leur site, c'est un parcours du combattant pour obtenir ces documents pendant quelques jours. Comment rendre le site web opérationnel en tout temps et permettre à tous les citoyens de télécharger les informations sans trop de soucis ?

De mon point de vue il y a plusieurs niveaux à prendre en compte. Sans être exhaustif, nous allons énumérer certains d'entre eux.

Tout d'abord la ressource à mettre en ligne. Si on considère que ne peut publier sur le site du MINFOPRA que les personnes accréditées, alors, il serait préférable d'intégrer les listes dans le code des pages web.
Maintenant s'il est absolument nécessaire de mettre en ligne les documents numérisées, il faudrait alléger la taille des pièces et les fragmenter le plus possible.
Je rappelle aux éditeurs du contenu de ce site qu'il est facile pour eux de stocker une ressource sur leur serveur parce qu'ils sont dans le même réseau local que leurs serveurs. Mais il faudrait qu'ils pensent à toutes ces personnes qui disposent des connexions médiocres pour télécharger des pièces de 15 Mo en moyenne.

Passé cet aspect portant sur le contenu, il faudrait revoir l'infrastructure technique.
Il y a nécessité de mettre en place plusieurs types de caches.
  • le CMS utilisé (joomla si je ne m'abuse) propose des caches qui n'ont pas d'impact direct ici mais qu'il faut au moins connaitre
  • mettre sur pied un proxy inverse, parfois appelé accélérateur web dans certains environnements
  • disposer de serveurs webs secondaires afin d'assurer la redondance, répartition de charge
En dehors du cache, vérifier que la bande passante montante dont on dispose convient à la demande ne serait pas superflu.

Je prie les éditeurs de ce site et les responsables des infrastructures techniques de ce ministère de prendre en compte ces remarques. Ils ont en leur possession tout ce qu'il faut pour résoudre ces problèmes; nul besoin de demander des ressources supplémentaires.

Ces suggestions peuvent aussi servir à leurs collègues du ministère de l'enseignement supérieur ...

Solaire et computer

C'est le titre d'un courier électronique envoyé par un ami , Michel. Je voulais partager son contenu avec vous parce que nous semblons oublier,parfois, que le développement de notre pays ne passe pas seulement par celui des zones urbaines mais aussi et surtout des zones rurales.
Depuis des années, il contribue à sa manière de développer une banlieu de limbé : Sokolo. Et une caractéristique dans toutes ses actions, c'est l'utilisation efficiente de tout ce que l'environnement dans lequel il se trouve peut lui offrir pour répondre à un problème. Il fait réellement ce qu'on appelle de l'ingénierie.
Au hasard, je vous invite à lire des articles que j'avais rédigés après mes visites là-bas : celui-ci et celui-là . Et bien sur le site officiel de l'association qu'il a créé dans ce petit village : sokolo.cronopios.org . Ne vous arrêtez pas au design mais plutôt sur le contenu. De plus si vous essayez de vous situer le contexte dans lequel ce site est mis sur pied, vous comprendrez d'où il part.

Extrait de son courriel.

bonjour tout le monde,
il y a si lontemps...

notre ecole informatique open source existe toujours, comme vous savez je
suis en afrique pour lutter contre la division numerique entre le nord et
le sud, mais avec le temps, j'ai remarque qu'il existe une division
numerique dans sud meme: entre les villes et les villages. si nous sommes
contre la division numerique, il faudrait alors installer la technologie de
l'information dans les villages. il faudrait au conditionel, parce que les
bases sine qua none ne sont pas la, les villages n'ayant pas d'electricite
et les villageois demande en premier lieu la lumiere. c'est pourquoi je
suis dans le solaire, dans les regions villgeoises eloignees des villes, le
solaire est quelque fois l'unique solution. apres une installtion pilote il
y a 3 ans, j'ai l'enorme plaisir de voir durant mon sejour il y a quelques
semaines, une vingtiane d'enfants a faire leurs devoirs avec la lumiere de
notre installation solaire, ca m'a rechauffe le coeur.
Nous avons donc commence de faire des installations solaires surtout dans
le centre (nditam, deak, ...) et a limbe nous avons l'intention de faire un
centre solaire.


si le premier but est de faire de la lumiere dans ces villages, le second
est de faire marcher des ordis par l'energie solaire. j'ai fait des essais
il y a 2  a 3 ans deja et ca a marche: avec 4 panneaux de 27 watts , nous
avons reussi a faire marcher 2 ordis pendant toute la journee et jusqu'au
soir a 9 heures. maintenat nous pouvons faire marcher un serveur dual core
alimentation 12 volts. notre but faire des reseaux de 4 ordis ou les jeunes
puissent s'initier a l'outil informatique.

MAIS, il y a un mais, ca demance beaucoup de travail et ce projet depasse
de loin mes capacites financieres, intellectuelles, physiques...

alors je cherche des partenaires, des amis, voulez-vous participer a ĉette
aventure solaire? si vous connaissez des personnes potentiellement
interessees, mettez-nous en contact, en tout cas, au plaisir de vous lire
tres bientot
notre page internet (http://sokolo.cronopios.org) donne une petite idee de
ce que nous faisons, jetez un coup d'oeil...
michel

dimanche, janvier 08, 2012

Etat d'esprit en ce début de mois

S'il fallait parler des problèmes de ce pays,même le 31 dec 2012 on n'aurait pas fini d'en discuter; tellement il y en a...

Il suffit que je me mette juste 1 minute sur notre unique route à Bini (à Ngaoundéré III) pour que mon esprit se mette à recenser tout ce qui ne va pas: eau,courant, sécurité, éducation... tout y passe.
Notre unique route soit dit en passant fait partie de la nationale N°1 du Cameroun: notre tronçon ne paye pas de mine et il ressemble plus à une ruelle délabrée qu'à tout autre chose. Pourtant il y a des maires, des préfets et autres autorités politiques ou académiques qui passent par là ...
La question du transport à Ngaoundéré par exemple est problématique, aussi bien au sein de la ville que pour en sortir. Le diable est dans les détails ... Les problèmes sont là dans tous les secteurs, tout le monde voit et tu n'as pas l'impression que ça émeuve réellement les gens.

Entre les discours des politiques et la réalité, il y a parfois un grand fossé. La lutte contre la corruption ? je veux bien mais lorsque je vois un chauffeur de taxi en surcharge s'arrêter après injonction d'un officier (de police si je me souviens bien) sortir de sa voiture et donner 500 FCFA le plus naturellement possible, je me demande de qui se moque-t-on ? Le récipiendaire est en route en ce moment parce que les autorités ont lancé une campagne de sécurité routière... Il sécurise quoi en acceptant ce deal ?
Le vrai problème par rapport à cet exemple n'est même pas la surcharge. Le vrai problème se trouve (encore une fois) dans le manque de moyens de locomotion viable pour circuler dans la ville. Résoudre ce problème demande une réflexion et des prises de décisions impliquant plusieurs secteurs...

C'était juste un exemple parmi tant d'autres. Il en va ainsi pour toutes les villes du Cameroun...

Avec ce que je viens de dire on peut croire que je viens de débarquer au Cameroun. Et pourtant non; ce sont des problèmes que je rencontre tous les jours. Malheureusement pour moi, mon esprit n'est pas capable d'accepter tous ces manquements et de ne rien dire.

Plusieurs fois je me demande souvent : Comment puis-je aider à changer tout ça? .

Même jusqu'à aujourd'hui, la seule réponse que je puisse apporter est :
  • de continuer à faire correctement mon travail et veuiller à ce qu'il serve effectivement à ses bénéficiaires (dans mon cas la communauté universitaire)
  • apporter ma contribution au développement des communautés techniques au Cameroun
  • de remplir mes droits et devoirs de citoyen, ce qui implique notamment de dénoncer les manquements constatés en utilisant les voies proposées par la loi même si parfois je le fais sans conviction
  • d'amener mon entourage à prendre ses responsabilités ; cela passe parfois par des débats que j'initie en fonction des contextes ou montrer aux uns et aux autres que nous sommes dans un même système et que nous sommes tous liés
  • par dessus tout, de conserver mes principes.
Ca me fait plaisir de voir qu'il y a tout de même des choses qui évoluent et que les actions entreprises par certains d'entre nous motivent d'autres à aller plus loin.

Je termine en souhaitant du fond du coeur qu'en 2012 une plus grande partie des camerounais comprenne qu'il importe de travailler (et bien) et qu'il faudrait que l'impunité et le laxisme cessent. A bientôt.

jeudi, janvier 05, 2012

Fraude via Yahoo messenger , prenez garde!


Bonjour,
je ne sais pas depuis quand a lieu ce genre de fraude mais c'est ce matin en pensant discuter avec une amie que la répétition d'une phrase déjà lue quelque part qui m'a fait réfléchir.
Au fait, je voudrais send de l'argent a un Oncle qui est en cote d'ivoire certes je suis dans l'indisponibilité de le faire
A ce moment là, je me suis souvenu qu'il y a quelques mois, une amie m'avait dit exactement la même chose et heureusement pour moi j'avais simplement dit que je ne pouvais pas l'aider. Cette amie en question se trouvait au Bénin.

Pour le cas d'aujourd'hui, dès que j'ai lu cette phrase, j'ai eu le réflexe d'appeler mon amie pour être sur que c'est bien elle qui était sur Ymessenger. Et ce n'était effectivement pas elle derrière son compte! D'ailleurs, en relisant les interventions, vous remarquerez que la personne ne donne pas trop d'informations sur elle.
J'ai joué le jeu un moment, histoire d'avoir plus d'infos sur le destinataire.
Je profite donc de cette occasion pour vous invitez à redoubler de prudence quand vous discutez même avec des connaissances et surtout lorsqu'il s'agit d'argent.

Je suis allé faire un tour du côté d'INTERPOL pour avoir un contact sûr à notifier. Sur leur page contact, il est recommandé de s'adresser à la police de son pays. J'ai regardé sur la page du CAMEROUN et en dehors des photos, je ne vois aucun contact (électronique) de notre DGSN :( . Shame !

De toutes les façons, je commence par cet article en espérant que ça servira à plusieurs personnes.

dimanche, novembre 20, 2011

Previously in ongolaboy's life

Juste quelques notes pour ne pas oublier ...
  • du 29 Août 2011 au 3 Septembre, à l'AUF , nous avons organisé la semaine tech . Une semaine de formations organisée entre les techs de la maison; pour moi c'était comme un UbuntuOpenWeek ou un barcamp en ligne :)
  • En parlant de barcamp justement, le 24 Septembre 2011, au Cameroun a été organisé la 3è édition. The future is mobile était le thème. De plus en plus de personnes s'intéressent aux évènements techs mais il reste encore beaucoup à faire pour faire évoluer les états d'esprit.
  • Entre temps du 5 au 9 Septembre 2011, j'ai participé à des ateliers portant principalement sur l'usage d'IPv6 et de DNSSEC à Yaoundé à l'Institut de Gouvernance Numérique Universitaire (IGNU). Janvier Gnoulaye et Stéphane Bortzmeyer étaient nos formateurs. J'espère pouvoir mettre tout cela en pratique progressivement en 2012. En attendant, pour ceux que ça intéresse, un billet de stéphane sur l'architecture du réseau que nous utilisions. Ou bien encore mon bavardage durant les ateliers :)
  • Un peu d'animation actuellement dans ubuntu-cm. La sortie des premiers polo, un an plus tard (!), a semble-t-il convaincu les plus sceptiques.Moi je dirais seulement :Heureux ceux qui croient sans avoir vu! Nous sommes encore loin de comprendre le sens du travail d'équipe mais on continue tout de même. Leitmotiv 1 et 2 sont là ...
  • En faisant le décompte pour cette année, j'aurais raté tout de même quelques manifestations (techniques) organisées dans les villes de Douala et Yaoundé. La disponibilité des moyens de transport étant la principale raison de mon absence. C'est dingue quand même qu'une personne se trouvant hors du Cameroun (par exemple Bruxelles) rejoigne Yaoundé ou Douala plus vite que moi ! (Elle a même le temps de faire un aller-retour!!!)
  • J'ai équilibré d'une certaine façon ces absences avec quelques initiatives organisées aussi bien à Ngaoundéré qu'au sein de l'AUF. Le plus important étant pour moi de servir au mieux les communautés que je fréquente.
  • Un petit clin d'oeil à tout ceux(élèves,profs,jésuites) que j'ai croisé pendant mon séjour au collège Libermann. Du courage à vous toutes et tous ;)
  • Il y a une catégorie de personnes ici qui parlent plus qu'elles ne travaillent réellement pour faire avancer les choses; mais on ne va pas s'arrêter dessus. La vie continue... avec des hauts et des bas, mais elle continue inexorablement...

vendredi, août 05, 2011

Voyager en train à cette période entre Ngaoundéré et Yaoundé

Prendre le train pour Yaoundé est extrêmement difficile en ce moment: beaucoup de voyageurs potentiels et très peu de places disponibles. J'ai tenté de faire une réservation ce matin pour voyager lundi soir mais ce fut impossible. Environ 30 personnes sont passées avant moi au niveau du guichet et après... plus rien ! On nous apprend qu'il n'y a plus de réservations possibles pour lundi le 8 Août 2011, qu'on repasse demain pour réserver pour Mardi.
Vous êtes d'accord avec moi que ce ne sont pas les 30 personnes qui étaient alignées qui ont pu prendre les quelques (8 ?) wagons destinées aux premières assises et wagons-lits. Je signale qu'un wagon pour 1ère c'est environ 40 places; 1 wagon-lit c'est environ 20 places.

En tout cas, je pense que je vais consommer tous mes congés à Ngaoundéré. J'arrive à la gare à 7h15 et à 10h, on m'informe que je ne peux pas être servi. Et je dois revenir le lendemain ? Sauf cas de force majeure, je ne voyage plus.

Je ne vous dis pas toute la frustration, colère qui m'animent quand je pense à tout le désordre de ce pays.

Je vais écrire à service.voyageurs AT camrail DOT net pour leur exprimer mon mécontentement face à cette situation. Je suis bien conscient que CAMRAIL n'est pas la seule entité à mettre dans la balance quand il faut parler des déplacements entre Ngaoundéré et le sud du Cameroun; mais je vais commencer quelque part et certainement m'adresser aussi aux autres.

mardi, juin 21, 2011

My G|Cameroon Day 1

Un petit récapitulatif de ma journée ...


Les 15 et 16 Juin 2011 Google a décidé d'organiser sur 2 jours des rencontres avec les développeurs et les entrepreneurs existant ou en devenir ;) .
La première journée a commencé avec quelques minutes de retard... Bah oui, le Cameroun n'est pas évident hein ;) . Mais tout s'est bien passé dans l'ensemble malgré la sonorisation qui a failli nous percer les tympans à plusieurs reprises.

Mais plus sérieusement, le plus grand intérêt de ce G-Day 1 était de pouvoir discuter avec les Googlers directement ou encore de se faire éclairer sur un usage d'un produit Google dont on n'imaginait pas la portée. Pour quelqu'un comme moi qui vit dans une zone un peu 'enclavée' c'était aussi l'occasion d'échanger physiquement avec les amis.

Je crois que ça n'a échappé à personne que tout ce qui a été présenté se trouve dans son intégralité sur internet. Il était d'ailleurs amusant de voir à quel point les googlers usaient et abusaient de leur moteur de recherche pour trouver une doc concernant un n-ième produit de leur boîte.
De google maps à Youtube en passant par AppEngine et HTML5, nous avons fait le tour rapidement de ces outils ou technologies. Je le répète encore une fois, toute la documentation se trouve en ligne!

Android qui est à mes yeux une pile de logiciels dédiés aux périphériques mobiles a été présenté par Alex Drahon ( vous savez... celui qui a assuré la traduction en français de certaines versions de "dive into python" ;-) ).
J'aurais bien aimé qu'il y ait un atelier plus poussé où l'on aurait parlé des autres composants en dehors des activités (par exemple les "services"). Mais bon, on ne va pas s'en plaindre; il aurait été impossible de tout aborder de toutes les façons.
Andrey Doronichev, Product Manager à Google a donné quelques conseils sur le développement d'applications sur mobile.

Allez, quelques remarques...

Il faut travailler et innover. Ce ne sont pas des ingénieurs assis dans un bureau en Californie aux USA qui connaissent les réalités et les contextes des camerounais. C'est à nous de produire ce qui répond le mieux à nos problèmes.
Google le sait et ce n'est pas pour rien que les G-Days ont été organisés. D'ailleurs Tidjane a fait remarquer en introduction que Google croit au potentiel des développeurs africains et ne fait pas une oeuvre de charité en venant ici. "Google pourra faire du business quand, au niveau local, l'internet est développé et qu'il y a des contenus originaux"

Site en construction. Si vous avez l'occasion de bien observer des photos du G|Gameroon, vous verrez qu'on a travaillé dans un chantier! Pour moi (et pour les Googlers) c'est une immeuble en construction tout comme notre pays. Avec ce dont on dispose, on peut faire beaucoup. Bref, le site en lui même était une source de ... méditation.

Mostly in french
. En effet, certains participants se sont rendus compte que la plupart des présentations étaient faites en français. Ce qui a un peu attristé Mambe et Ebot . Mais je pense que les Googlers ont fait une étude statistique et se sont rendus compte que l'auditoire parlait plus français.
De toutes les façons, il était possible de se rapprocher de n'importe qui et de poser ses questions dans la langue qu'on préfère.

63 interfaces réseaux. C'est le nombre d'interfaces que j'ai recensées en mi-journée. Je suis désolé de vous déranger avec ce détail; c'est une déformation du métier :) . Attention, il y avait plus de machines et d'humains que cela tout de même ;)

40 Mo en Download. C'est la bande passante mise à disposition des développeurs ce jour là. Si j'ai bien compris, il était question de veuiller à ce que chaque poste n'utilise pas plus d' 1Mo de bande passante. Je pense que ça a été plus ou moins respecté.

Un regain de motivation dans certains groupes de discussions: camdroid, barcampcameroon notamment. Les agitations et autres propositions que je vois ces derniers temps dans les derniers messages me rappellent un peu Ubuntu-cm ...

Miroir Ubuntu mobile. Comme annoncé, j'avais mis mon miroir Ubuntu à disposition des intéressés. Très peu se sont connectés pour faire des mises à jour mais Arnaud a quand même pu copier l'intégralité des paquets dans un disque externe.

Microblogging en action. Le microblogging principalement via twitter mais aussi sur identi.ca (avec sa notion de contexte) a permis d'échanger entre les participants aux ateliers mais aussi avec des gens à l'extérieur. Je pense que tout le monde a pu y trouver son compte.

"Messages système". C'est ainsi que Tidjane désignait certaines annonces à faire au sujet de l'organisation de la journée. Une déformation de geek vous diront certains. LOL!!

Yoomee.Je suis bien conscient que pour se faire une place actuellement dans le secteur des télécoms au Cameroun il faut être un peu agressif. Mais quand même, je trouve que cet opérateur a un peu exagéré. Les banderoles du G|Cameroon étaient cachées par celles de Yoomee le mercredi matin; va savoir qui avaient posé les siennes avant l'autre...

Que cherchait les Googlers en organisant la compétition d'applications ? :
  • voir ce qu'on est capable de faire comme bidouilles (un peu de hacking en somme)
  • voir comment étaient utilisés les différents composants proposés par Google
  • amener le public à être pro-actif et à sortir des vieux modèles d'enseignement, d'éducation où une personne pense détenir le savoir et le diffuse à compte-gouttes
Bravo à MTN! J'encourage énormément les initiatives qu'ils prennent de plus en plus à l'égard de diverses communautés camerounaises. C'est un exemple à suivre par les autres structures (privées comme publiques) sans mettre des bâtons dans les roues SVP!! Il y a de la place pour tout le monde.

On a terminé la première journée aux alentours de 19h. J'ose espérer que cette journée a donné plus de motivation à certains pour travailler effectivement et surtout de le faire de manière collaborative...